A quoi bon acheter à prix d’or un modèle en bois quand on sait qu’ils sont voués à disparaître sous terre ? Heureusement, il existe une alternative offrant une bonne solution : le carton ! qui fait peu à peu son chemin dans les esprits.

« 556 000 personnes décédées en France l’an dernier et il faut un chêne de 80 ans pour faire 5 cercueils ! Arrêtons ce massacre ! » a déclaré Martine Saussol, créatrice du concept de cercueils en carton alvéolé Eco-cerc, interrogée par Le Monde. Cet énorme gâchis explique sans doute la recrudescence de bois artificiels et de matériaux recyclés et biodégradables dans les catalogues de pompes funèbres à travers le territoire.
___
Ils ont beau être faits de carton, ces cercueils nouvelle génération respectent les mêmes caractéristiques que ceux en bois massif, notamment pour ce qui est de la crémation. Alors « plutôt que de brûler un arbre, brûlons des cercueils en carton » s’exclame l’éco-entrepreneuse. Ces derniers, assemblés à la colle de soja, ont été complètement homologués. Pour découvrir son offre complète, rendez-vous ici.

Le problème, c’est que le mot « carton » fait peur. Mais comme l’explique Philippe Martineau, directeur général du Choix Funéraire (deuxième réseau de Pompes Funèbres en France, ndlr) « le terme de carton doit toutefois être nuancé. C’est un terme un peu trop générique, que l’on assimile généralement à celui destiné à l’usage alimentaire. » a-t-il déclaré au Monde.