La revue Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America (PNAS) vient de publier les résultats d’une étude menée sur des souris et qui stipule que les femmes sont 4 fois plus enclines à développer la sclérose en plaques que les hommes.

Chez les souris mâles, le molécule protectrice était produite, l’interleukine 33 (IL-33).
___
Lorsque les femelles génétiquement modifiées pour développer la sclérose en plaques ont été traitées avec cette molécule, elles ont été totalement guéries. Ces études pourraient être l’origine d’une nouvelle thérapie contre la sclérose en plaques.

Dr Melissa Brown, professeur d’immunologie à la faculté de médecine de l’université Northwestern à Chicago et principal auteur de ces travaux explique que « cette avancée pourrait aboutir à une classe entièrement nouvelle de thérapie contre la sclérose en plaque. »