L’ADN est un facteur déterminant dans le poids d’un individu. Une récente étude a tout de même révélé que l’ordre de naissance des frères et sœurs peut également affecter le poids.

Le Journal of Epidemiology & Community Health a publié une étude qui se focalise sur les les différences physiologiques entre le premier et le deuxième enfant. La recherche a été réalisée en évaluant les dossiers médicaux de plus de 13 000 sœurs suédoises sur une période de 20 ans.
___
Cela a démontré que les sœurs aînées étaient 29 % plus susceptibles de faire un excès de poids. Ainsi, 40 % d’entre elles étaient plus sujettes à l’obésité par rapport à une sœur cadette. En plus, l’étude a également affirmé que les sœurs aînées étaient un peu plus grandes à la naissance. Plus tard, à l’âge adulte, elles deviennent plus petites par rapport à leurs cadettes. Elles sont plus susceptibles d’avoir un IMC plus élevé durant la grossesse.

Des recherches équivalentes ont également été menées sur des garçons du premier et du second-nés. Les résultats ont été similaires.
___
Le professeur Wayne Cutfield, de l’Université d’Auckland, semble avoir déterminé l’origine de cela. Il estime que l’apport sanguin au placenta au cours de la première grossesse d’une femme est moins conséquent par rapport aux autres. Cela entraîne un manque d’éléments nutritifs qui cause un risque plus élevé de stockage des graisses. Plus tard, l’enfant risque une mauvaise régulation de l’insuline contenue dans son corps.

Les pratiques culturelles peuvent également être à l’origine de cette différence morphologique. En effet, les premiers-nés étant plus susceptibles d’être suralimentés dès la naissance. Cela entraîne ainsi une plus grande prise de poids pour ces ainées.