Chaque femme essaie d’être une mère idéale, mais ce sont souvent les préjugés sociaux qui remettent en question les capacités d’une mère.

Dans un monde comme celui d’aujourd’hui où les femmes travaillent pour être indépendantes et contribuer activement au bien-être économique de la famille, les femmes au foyer sont souvent considérées comme des mères de “seconde catégorie”. Loin d’être fondés, ces préjugés finissent toujours par embarrasser les femmes qui ne travaillent pas.

Mais les mamans sont toutes pareilles !

Quand on entend une femme dire qu’elle est femme au foyer, des personnes pensent immédiatement au temps libre qu’elle est supposée avoir, à la sérénité et à la tranquillité avec lesquelles elle peut élever ses enfants, comparé à une mère qui travaille huit heures par jour ou plus et qui jongle entre la maison, le travail, la famille et les enfants.
___
Pourquoi une femme qui s’occupe de la maison et de ses membres presque 24 heures sur 24 devrait-elle être plus détendue ? Il paraît tellement évident que rester à la maison offre plus de sérénité : pas vraiment. Prendre soin de la maison et des enfants est un vrai travail, avec son lot de stress et de responsabilités : c’est un travail qui ne finit jamais.

La vérité n’est pas qu’une mère qui travaille est plus dure qu’une mère qui reste à la maison : il est vrai que les mères sont toutes pareilles, et ce n’est certainement pas le travail qui fait la différence.
___
Toutes les mères aiment leurs enfants plus que tout au monde et, qu’elles travaillent ou non, elles chercheront toujours à obtenir le meilleur pour leurs enfants. Ce sont leurs soins, leur chaleur qui nourrissent leurs enfants, pas le salaire qu’elles rapportent à la maison.

Il ne doit pas y avoir de compétition entre les mères, il n’y a en aucun cas une mère de seconde classe.

Il faut plutôt lutter pour que travailler ou rester à la maison soit un libre choix des femmes, et jamais une contrainte.